Moselle: une femme battue décède, son concubin mis en examen

Un homme de 37 ans a été placé en détention provisoire et mis en examen lundi, après le décès de sa compagne morte sous les coups, a appris l’AFP lundi auprès du parquet de Metz.

» LIRE AUSSI — Femme étranglée près de Bar-Le-Duc: un homme passe aux aveux

La victime, née en 1975, est «morte à la suite de ce qui semble être des violences à mains nues», a précisé le parquet.

L’homme suspecté d’être l’auteur des coups, un Arménien en situation régulière ayant un emploi et inconnu jusqu’alors de la justice, a été mis en examen pour «meurtre aggravé par la circonstance de concubinage», ainsi que pour «violences en état d’ivresse» sur un ami et voisin du couple à Marange-Silvange, au nord de Metz. Placé en détention provisoire, le suspect n’a rien avoué.

Selon le Républicain lorrain, les gendarmes, appelés par un voisin alerté par des cris, ont trouvé dimanche à 4 heures du matin la femme couverte d’hématomes au domicile de l’homme blessé, tandis que son concubin était également sur place. Elle est décédée peu de temps après son arrivée à l’hôpital.

Au cours de l’année 2018, 119 féminicides ont été répertoriés par la page Facebook «féminicides par compagnon ou ex». Soit un tous les trois jours. Pour le moment, 48 personnes ont été victimes de meurtre, du fait de leur condition de femme, depuis le début du mois de janvier 2019. Cela correspond cette fois-ci à une femme tous les deux jours.

LIRE AUSSI :

» «Crime passionnel»: le combat féministe contre le traitement médiatique des féminicides

Источник: Lefigaro.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...